03/05/2006

Nuit

La pluie tombe.

De grandes flaques apparaissent.

Le blanc pétrifié de la Lune s'y refléte.

Tout s'est tu.

Pas un son, pas un murmure.

Seule la mélodie incessante et hypnotique de la pluie trouble le silence.

Puis un loup hurle sa peine dans le lointain.

Les nuages, poussés par la brise, cachent la Lune.

Tout retombe dans la nuit noire.

19:47 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Joli

tu vois, dans ce cas précis, le nombre de pied n'a pas d'importance selon moi.

Écrit par : Shanti | 11/07/2006

Non, en effet, c'était plus une micro histoire qu'un poème

Écrit par : Feather | 11/07/2006

Les commentaires sont fermés.