05/05/2006

Open mind-1 : l'autre, et la normalité

Alors voilà, je vous présente le concept d'Open mind : chaque mois, je posterai un article sur un sujet précis dans la rubrique Open mind. Le but est que vous répondiez ce que vous pensez par rapport au sujet dans des commentaires. La réflexion est ouvert à tous, quelque soit votre âge, votre sexe, votre culte ou je ne sais pas trop quoi. Ici c'est vraiment la loi de l'esprit ouvert. Chacun a son mot à dire, et doit le dire. Exprimez-vous, faites nous profiter de vos réflexions ! Toujours le principe de partage donc, réfléchissez, écrivez, postez ! Quoi de plus simple, ici, c'est à vous, vous dites ce que vous pensez (en rapport au sujet bien sûr ^^).

 

Quoi de mieux qu'un exemple pour que vous compreniez le concept, et pour que vous vous exprimiez bien sûr.

Alors comme sujet de ce premier Open mind, j'ai pensé qu'un problème de société courant et inné dans toute relation humaine serait le bienvenu. J'ai donc choisi comme sujet le rapport que nous avons à l'autre, quel qu'il soit, votre voisin, votre famille, vos amis, l'inconnu de la rue, enfin vraiment ni'mporte qui. J'ai aussi trouvé que le mettre en relation avec l'autre grand sujet humain serait intéressant, j'ai donc choisi en deuxième sujet, qui n'en est pas vraiment un puisque les deux sont liés, la normalité. Qu'est-ce qui est normal? Qu'est-ce qui ne l'est pas? La normalité, une notion subjective?

 

J'espère que ces sujets vous plaîront et que vous donnerez tous votre opinion sur ces questions.

 

Bonne réflexion, et à vos claviers ! 

19:58 Publié dans Open mind | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

La relation inter humain, est une relation qui ce transforme dans le temps. Dans les premiers temps, obligation de faire un rapprochement, car sans une troupe, la vie et la survie était impossible. Mais maintenant nous parlons a nos contemporains, via le net, pas besoin d'avoir un contacte dit humain pour ce connaitre (virtuellement). Mais reprennons aussi le contact dans notre propore évolution, quand nous sommes bébé et bien nous sommes attiré par le contacte physique, puis en grandissant, nous avons besoin de nous rassemblé dans une groupe pour ce faire reconnaitre, et c'est là aussi qu'interviens la normalité, et oui nous nous rassemblons avec ceux que nous pensons normale pour nous ! Qui irait de but en blanc faire intégré un groupe de métaleux si tu aime le R'N'B ????? Et oui chaqu'un des groupes ne se trouve pas à la norme entre eux !

En tout cas après cela arrive un passage ou le contact pur humain est moins prédominant et certain ce lance dans la découverte du virtuel, et là nous avons la possibilité de parlé a son voisin sans le savoir.

En étant plus agé arrive par contre la peur de ce retrouver seul et retour faire l'approche physique.

Donc pour dire que le contact humain est obligatoire, necessaire, mais pas humainement et idéologiquement entretenu dans une partie de notre vie. Voir même pour certain s'inverse dans un racisme quelconque. Et c'est la que je vais rebondir feather, est ce que le racisme est le refus de l'anormale ?????

A+

Écrit par : JMD | 07/05/2006

Voila, je vais prendre la 2ème question, car je compend pas très bien la 1ère XD!

Alors la normalitée, voila pour moi il n'y a pas de normalité, car deja si il n'y aurait pas , de pas normal, il n'y aurait pas de normale(enfin vous me suivez ?)
C'est un peu comme les fous, est-ce que se sont vraiment eux les fous, ou ceux qui les enferment dans un asile toute leur vie, et leur boure de medicament ?!

Donc, tout le monde est normale, et donc d'in point de vue l'anormalitée n'existe pas, c'est plsutôt car tel et tel se dit normale, les autres qui pensent et agissent autrement le sont pas ? N'importe quoi ;)

Écrit par : JeffNeroHardy | 07/05/2006

Oui intéressante rélfexion tous les 2.
Je vais tenter une réponse à ta question JMD, je me creuse.
Je partage le point de vue de la subjectivité de la normalité.,, donc pour finir "normal" ne veut rien dire. Personne n'est normal, mais personne n'est anormal non plus.

Écrit par : Feather | 07/05/2006

Bonjour a tous,
je suis globalement d'accord avec JeffNeroHardy quelques différences près... :

Je pense qu'il y a des personnes dites normales. Nous sommes "normal" a partir du moment où nous faison partie de la majorité. C'est le jugement de la société, notre éducation, la culture et le vécu du pays détermine ce qui est normal de faire, d'être. Ces règles (inculqué dès notre enfance) nous permettent de mettre tel ou tel catégories de personnes dans la normalité. Prennons un exemple, il est normal de manger du chien au japon, c'est plutot délicat dans un pays européen. Manger un steack ici est normal, la vache est sacré en Inde et il est impossible de la concevoir dans une assiette.

L'esclavage (qui est d'actualité) est normal dans certain pays, et condamnable en france.

En conclusion, c'est la société et l'éducation qui nous impose des règles. Celles-ci détermine ce qui est normal de faire ou non. Ces mêmes règles ne sont pas valable, selon la culture du pays dans lequel nous sommes.

Écrit par : SilverFox | 11/05/2006

SilverFox, dans ce cas, la normalitée n'existe pas c'est ce que je dis !
Car chacun pense different des autres !:)
Enfaite tu penses comme on te la enseigné, jusqu'a que tu es dans l'age de la raison ;)

Enfin, mais d'un côté j'ai une question : qui est le vrai fou ?
Celui qui enferme, le patient dans une chambre toute blanche attaché avec une chemise de force ? Ou sui qui est dans la chambre toute blanche attaché avec la camisole de force ?:)

Écrit par : JeffNeroHardy | 11/05/2006

Oui, j'ai relu ce que tu avais mis, on va dire que j'etais pas bien reveiller :c)

Pour ce qui est de ta question, j'avous que je ne sais pas... Chacun est le fou par rapport a l'autre...

Écrit par : SilverFox | 11/05/2006

Enfaite c'est une question sans reponse !
Car d'un côté, sui qui est concideré comme fou, c'est sui qui est enfermé, mais en etant enfermé il le deviendra encore plus non ?
Et l'autre qui l'enferme, il est aussi fou, d'enfermer une personne pour le casi restant de sa vie non ?

Enfin, feather, vas surement trouver une reponse ^^

Écrit par : JeffNeroHardy | 11/05/2006

Je cherche une réponse convenable..
En tout cas, celle qui me vient pour le moment est que la folie est perçue comme une atteinte à la "normalité" collective, des règles très précises ont été créées pour délimiter ce qui est considérable comme de la folie (bon je ne fais pas un résumé des folies avec la schizophrénie, la paranoïa...). Mais ces critères sont subjectifs et imposés par la considération générale de la normalité. En clair, si un groupe de fous (du point de vue général) se réunissait et discutait de la question, ils considéreraient très probablement que ce sont les autres qui sont fous et ce sont eux qui méritent d'être enfermés puisqu'ils portent atteinte à leur liberté. Mais se pose un autre problème qui est la connaissance de sa folie. Un fou sait-il qu'il est fou ?
Dans certains cas oui, c'est inéluctable. Un paranoïaque ou un schzisophrène a de fortes chances de se rendre compte de son état mental, qui peut aboutir à des problèmes dans ses relations sociales. Et de là, il se dira que finalement c'est lui le fou et non ceux qui l'enferment, qui le protègent de lui-même et qui protègent les autres.
Ensuite, les médecins qui enferments les fous ne se pensent pas fous, car ils jugent qu'ils protègent ainsi la société ainsi que les aliénés.

J'espère que cette réponse est à peu près correcte, en tout cas je réfléchis et j'approfondis le problème

Écrit par : Feather | 11/05/2006

Ohhhh la, nous passons de la normalité a la comparaison du bien mental d'une personne. Je rappel que la folie est une dérive de la perseption, de plus il existe plusieurs folies. Car même un psycopathe est considéré comme fou. Donc je reprend le cas de la normalité, car la normalité est de rendre tout le monde dans un même moule (dans notre société nous "chassons" les gros, les homosexuels, les nains) ! Et oui tous ce genre de personne ne rentre pas dans la normalité de notre entourage ! Mais ces mêmes personnes ne font rien qui va a l'encontre du bon fonctionnement du monde, ce qui n'est pas le cas pour les personnes atteinte de folie. Car tuer des personnes par pur plaisir, courir nu dans des rues etc.... là c'est une gêne pour l'environnement. Et c'est pour cela qu'il est bon de canalisé ce genre de comportement dans des centres spécialisés.

Donc pour conclure et répondre a Jeff, les fous sont fous (et voir même des fois dangereux) et les personnes qui les gardent et surveillent ne sont pas fous, mais loin d'etre NORMAL ;-)

A+

Écrit par : JMD | 14/05/2006

Les commentaires sont fermés.