21/05/2006

La vendetta, valeur de la volonté vindicative

"Voila, à premiere vue, je ne suis qu'un vulgaire comédien de vaudeville à qui les vissiscitudes de la vie font jouer à la fois le vilain et la victime...et vice versa. Ce visage n'est pas le vil reflet de ma vanité, mais le vibrant vestige de la vox populi aujourd'hui vacillante et vaincue. Vous devez y voir les vieux restes d'une vexation vieillissante, aussi vive que vivante et vouée à vaincre cette vermine vulgaire, vivace, virulente et vénale qui vivote en privant ses valeureuses victimes vaincues de la vérité et des vraies valeurs.
Le seul verdict que je vois est la vengeance, une vendetta violente brandie tel un ex voto et non en vain, visant à faire vaincre la vertu face à cette vilénie lovée dans les veines de nos villes.
Ces aimables vocables faisant de moi un ventriloque vociférant, révolu, verbeux, revenons en à l'essentiel, je suis honoré de vous rencontrer, alors pour vous, je serais V. "

 

Voilà la jolie réplique de V lorsqu'il se présente à l'héroïne. Les nombreuses allitérations en [v] ne sont pas sans rappeler le nom même de V. Clin d'oeil également au théâtre de Shakespeare, qui perdure tout au long du film. On note également les références à l'histoire de l'Angleterre comme ce fameux "5 novembre".

Une intrigue bien menée, un personnage au mystérieux séduisant, un véritable sens caché, voici quelques atouts d'un film qui au final se révèle aussi divertissant que rafraîchissant. Nos chers frères ont encore créé un chef d'oeuvre qui, pour notre plaisir, rompt avec la série Matrix et redonne un sens à l'adaptation de Comics.

 

Finalement l'Angleterre est gouverné par un dictateur qui tient tout (normal de la part d'un dictateur), média, police, armée, industrie... Mais une voix s'élève et lance un appel au peuple pour mettre à bas la tyrannie d'un fou. Voilà le condensé (très condensé) de la trame de V pour Vendetta. Mais plus qu'un simple film explosif, le message politique et social, sur le rôle des médias par exemple, donne une profondeur que l'on ne trouve jamais dans un film du genre. Un vrai petit plaisir donc.

Je vous conseille vivement de voir ce film, malgré la présentation incohérente et en vrac que j'en fais. Il est vraiment très bien.

 

Pour se faire plaisir, la tirade en anglais :

" Voilà! In view, a humble vaudevillian veteran, cast vicariously as both victim and villain by the vicissitudes of Fate. This visage, no mere veneer of vanity, is it vestige of the vox populi, now vacant, vanished. However, this valorous visitation of a by-gone vexation, stands vivified, and has vowed to vanquish these venal and virulent vermin vanguarding vice and vouchsafing the violently vicious and voracious violation of volition. The only verdict is vengeance; a vendetta, held as a votive, not in vain, for the value and veracity of such shall one day vindicate the vigilant and the virtuous. Verily, this vichyssoise of verbiage veers most verbose so let me simply add that it's my very good honor to meet you and you may call me V."

Les commentaires sont fermés.