25/06/2006

Chat

Quadrupède de type féliné. Généralement à poils courts - dans une grande partie des foyers de notre contrée en tout cas - mais parfois totalement dépouillé de fourrure, ou au contraire tellement couvert que, l'été venant, on les verrait presque fondre. Possédant deux yeux faisant penser à de vertes billes, et à l'iris d'un serpent. Le chat fait autant preuve d'une considérable douceur envers ses maîtres, que d'un sadisme - quasi humain - avec ses proies.

Le chat est, en grande partie, nocturne. D'ailleurs, il est fréquent de remarquer que, durant la journée, il songe à ses futurs gueuletons, à l'ombre d'une haie. On retrouve ici la caractéristique essentielle du paresseux, qu'il soit bipède ou quadrupède.

Le chat, plus que l'homme, exprime clairement ses humeurs. Ainsi, un ronronnment guttural accompagné d'yeux mi-clos prouve son extase. Mais s'il bat de la queue, c'est que son agacement croit ostensiblement. Il grogne ? Reculez vos mains chère madame, si vous y tenez du moins.

Le chat, comme tout mammifère qui se respecte, songe à perpétuer son espèce. La volonté d'obtenir la plus belle donne lieu à d'épiques comabts. Certains les livrent à coup de billets, mais on utilise plus généralement les griffes.

Ainsi donc, le chat est un animal plus ou moins familier, et l'on en connaît tous au moins un. 

19/06/2006

Mains ensanglantées

Je t'ai vu,

Nos regards ne se sont même pas

Croisés,

Je ne t'en ai pas laissé le temps.

 

Pourquoi ?

Pourquoi ai-je fait ça ?

Je ne le veux pas !

Excuse-moi,

Pardonne-moi.

Pardonne ce geste inexcusable,

Inexplicable,

Irraisonné.

L'acte fou d'un inconscient.

Je ne voulais pas te toucher,

Pourtant je l'ai fait.

Qu'est-ce qui m'a pris ?

 

Je t'ai vu,

Tes paupières se sont fermées.

Petit à petit,

La chaleur te quittait.

 

Je t’ai vu,

J’ai vu le souffle de la vie

S’envoler.

Ton âme a déployé

Ses ailes.

Une dernière fois,

Elles se sont ouvertes,

T’emmenant vers les cieux.

 

Je t’ai vu,

Avec le sang collant dans tes plumes.

Le trou,

Le trou béant,

Par lequel coule ce sang,

C’est moi,

Je l’ai fait.

Si je pouvais la colmater,

Cette brèche dans ta vie,

Cette brèche par laquelle

Fuit ta vie.

 

Je t’ai vu.

J’ai pris un peu de ton âme,

Et je l’ai enfouie dans la mienne.

Tu vivras dans mon cœur

La vie que tu as perdu,

Par ma faute.

Au revoir mon ami,

Je sais que je suis ton ennemi,

Mais tu n’es pas le mien,

Donc, au revoir mon ami,

L’oiseau.

Rêve oriental

Réver

A un pays bouleversant

A la beauté sublimée,

Et le temps passant,

Parfois oubliée.

Une contrée

Où volutes épicées

Et lumières incroyables

Ne peuvent être englobées,

D'aucun vocable.

Une contrée

Où se coucher sous un palmier

Et rêver

Sont nos obligés.

D'aucuns pensent

A une quelconque récompense

Ramenée de là-bas,

Mais le seul trésor,

Le plus précieux qui soit,

N'est pas fait d'or,

Mais se grave en soi.

De là-bas, couleurs,

Images, senteurs,

Reviennent,

A jamais inscrites dans nos coeurs.

Rêver. 

Oldman

Encore un petit dessin, un vieil homme cette fois. L'air un peu triste et interrogateur. Me suis bien amusé dessus, bon il est loin d'être parfait mais c'est déjà mieux que rien...

 

medium_oldman.jpg 

14/06/2006

Handmade

Quoi de mieux pendant une séance de révision qu'un dessin pour se détendre ?

C'est ce que je me suis dit, donc voilà je mets le fruit de ma détente sur le blog, le dessin est fait à la main, les blancs sont faits sous photoshop.

 

Dites ce que vous en pensez.

 

medium_tagmain.jpg